Actualité

Télétravail et risque électrique : mieux vaut être au courant

Publié le 27 juillet 2020

Le télétravail est entré dans les mœurs, merci le confinement. Oui, mais travailler à distance n’exonère pas l’employeur de ses responsabilités. Gare au risque électrique…    

risque-électrique-télétravail

Peu importe que le salarié travaille bien sagement depuis chez lui. Qu’il mette malencontreusement les doigts dans la prise en branchant son PC, on pourra parler d’accident du travail. On ne discute pas, c’est le Code du travail qui le dit (*). Et la responsabilité reste la même pour l’employeur qui doit religieusement veiller à la sécurité de ses ouailles.

Le risque électrique est forcément en première ligne. Petit chiffre pour s’en convaincre, 2/3 des logements avec une installation électrique de plus de 15 ans ne respectent pas un (voire plusieurs) point de sécurité réglementaire, d’après le très sérieux Observatoire national de la sécurité électrique. Matériel vétuste, absence de prise de terre, et on en passe. Autre petit chiffre (on aime bien les chiffres), chaque année, en France, les installations électriques défectueuses occasionnent quelque 50 000 incendies dans le logement ! A l’inverse, la sécurité électrique semble meilleure dans les locaux professionnels soumis -en théorie du moins- à une vérification annuelle. Moralité, le risque électrique est souvent bien plus présent chez soi qu’au bureau.

Du coup, l’état de l’installation intérieure d’électricité réalisé à la vente ou à la location se révèle aussi précieux pour le télétravailleur et son patron. Après tout, c’est la vocation même de ce diagnostic que de veiller à la sécurité des biens et des personnes. Des entreprises déjà adeptes du télétravail depuis plusieurs années l’ont compris en effectuant des « diagnostics télétravail » ; une prestation volontaire, non réglementaire, qui repose essentiellement sur un diagnostic de l’installation électrique du logement. Car le risque est à la fois pour le salarié, mais aussi pour l’employeur qui pourrait voir sa responsabilité mise en cause.

(*) On vous renvoie à l’article L. 1222-9 du Code du travail : « L’accident survenu sur le lieu où est exercé le télétravail pendant l’exercice de l’activité professionnelle du télétravailleur est présumé être un accident de travail au sens de l’article L. 411-1 du code de la sécurité sociale. »

Inscription Newsletter

EX'IM vous informe sur les nouvelles réglementations et les actualités de son réseau

En nous envoyant votre email et toute autre information personnelle, vous acceptez que les informations soient utilisées en accord avec notre politique de protection des données prévues aux mentions légales de notre site Internet. Ces données ne seront pas stockées pour un autre usage que pour vous contacter. Elles ne seront ni vendues ni échangées.